Transmission d’informations

 

 

I. Chaîne de transmission d'informations

1. Information

Une revue propose des informations dont le lecteur prend connaissance.

Définition : On appelle information tout type de fait qui suscite l'intérêt de l'individu qui la perçoit. Elle peut être constituée d'un ensemble de signaux, d'écrits, d'images, de sons, etc.

 

2. Chaîne de transmission

Définition : Une chaîne de transmission est l'ensemble des dispositifs permettant le transport d'une information sur des distances souvent importantes.

Une chaîne de transmission comprend trois éléments essentiels:

*       une source

*       un canal de transmission

*       un destinataire

 

Exemple : conversation téléphonique

 

Remarque : La nature physique du message ne permet généralement pas une transmission à grande distance. Il est donc nécessaire de convertir le message en une grandeur physique appelée signal.

L’émetteur et le récepteur convertissent le message à délivrer en un signal facile à transmettre, et inversement.

 

 

II. Différents canaux de transmission

1. Propagation libre et propagation guidée

Le signal émis par une source se propage vers un ou plusieurs destinataires via un canal de transmission. Ces canaux se divisent en deux catégories :

La propagation des signaux entre un téléphone portable et une antenne relais est libre. Entre l'antenne relais et le centre d'appel, elle est guidée

*       Les canaux de propagation libre quand le signal peut se propager librement suivant toutes les directions.

*       Les canaux de propagation guidée lorsque le signal est contraint de se déplacer dans un espace limité.

 

2. Transmission guidée

a. Transmission guidée dans un cable

Les premiers systèmes de communication moderne, comme le télégraphe et le téléphone, reposent sur la propagation d'un signal électrique guidé le long d’un conducteur électrique. On utilise pour cela un matériau conducteur entouré d'un isolant.

Un câble est un guide dans lequel un signal électrique peut se propager.

 

b. Transmission guidée dans une fibre optique

Une fibre optique se compose d'un cœur et d'une gaine d'indice optique plus faible. La lumière peut ainsi être piégée par réflexions totales successives à l'intérieur du cœur de la fibre.

Le fonctionnement des fibres optiques est basé sur la réflexion totale.

 

Une fibre optique est un guide dans lequel un signal lumineux (laser) peut se propager.

Remarque : Lorsque la lumière se propage dans la fibre, seuls certains chemins peuvent être utilisés (ceux qui interfèrent de façon constructive). Ils sont appelés modes de propagation de la fibre.

Vidéo: Transmission d’un signal audio par fibre optique Vidéo: Transmission d’un signal audio par fibre optique

Ce contenu est réservé aux membres premium de Web Sciences.

Devenez membre premium et bénéficiez de l'accès à toutes les pages du site pendant un an.

     
  Login    
  Mot de passe    
     
     
     

Cliquez ici pour vous inscrire

Login ou mot de passe perdu: Cliquez ici.

 

3. Transmission libre dans l'air

Une information peut également être transmise dans l'air en utilisant une onde électromagnétique de fréquence élevée comme support.

L’onde est alors modulée. La modulation consiste à modifier une ou plusieurs caractéristiques de l'onde afin d’y incorporer le signal.

 

Exemple

La modulation d'amplitude et la modulation de fréquence sont deux techniques de transmission hertzienne d'informations.

 

4. Caractéristiques d'une transmission

a. Signal et bruit

Toute transmission implique la superposition au signal transmis de perturbations non désirées, appelées « bruit » ou parasites.

Définition : Le rapport signal sur bruit est le quotient sans dimension de la puissance du signal PS sur celle du bruit PB:

r SB = P S P B MathType@MTEF@5@5@+=feaafiart1ev1aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHXgarmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wyUbqee0evGueE0jxyaibaieYdf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0xXdbba9frFj0=OqFfea0dXdd9vqaq=JfrVkFHe9pgea0dXdar=Jb9hs0dXdbPYxe9vr0=vr0=vqpWqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaaiaadkhadaWgaaWcbaGaam4uaiaadkeaaeqaaOGaeyypa0ZaaSaaaeaacaWGqbWaaSbaaSqaaiaadofaaeqaaaGcbaGaamiuamaaBaaaleaacaWGcbaabeaaaaaaaa@3F59@  avec { P s : Puissance du signal (W) P B : Puissance du bruit (W) MathType@MTEF@5@5@+=feaafiart1ev1aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHXgarmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wyUbqee0evGueE0jxyaibaieYdf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0xXdbba9frFj0=OqFfea0dXdd9vqaq=JfrVkFHe9pgea0dXdar=Jb9hs0dXdbPYxe9vr0=vr0=vqpWqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaamaaceaaeaqabeaacaqGqbWaaSbaaSqaaiaabohaaeqaaOGaaiOoaiaabccacaqGqbGaaeyDaiaabMgacaqGZbGaae4CaiaabggacaqGUbGaae4yaiaabwgacaqGGaGaaeizaiaabwhacaqGGaGaae4CaiaabMgacaqGNbGaaeOBaiaabggacaqGSbGaaeiiaiaabIcacaqGxbGaaeykaaqaaiaabcfadaWgaaWcbaGaaeOqaaqabaGccaGG6aGaaeiiaiaabcfacaqG1bGaaeyAaiaabohacaqGZbGaaeyyaiaab6gacaqGJbGaaeyzaiaabccacaqGKbGaaeyDaiaabccacaqGIbGaaeOCaiaabwhacaqGPbGaaeiDaiaabccacaqGOaGaae4vaiaabMcaaaGaay5Eaaaaaa@663F@

Remarque : On peut exprimer ce rapport en décibels :

r SB =10log( P S P B ) MathType@MTEF@5@5@+=feaafiart1ev1aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHXgarmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wyUbqee0evGueE0jxyaibaieYdf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0xXdbba9frFj0=OqFfea0dXdd9vqaq=JfrVkFHe9pgea0dXdar=Jb9hs0dXdbPYxe9vr0=vr0=vqpWqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaaiaadkhadaWgaaWcbaGaam4uaiaadkeaaeqaaOGaeyypa0JaaGymaiaaicdaciGGSbGaai4BaiaacEgadaqadaqaamaalaaabaGaamiuamaaBaaaleaacaWGtbaabeaaaOqaaiaadcfadaWgaaWcbaGaamOqaaqabaaaaaGccaGLOaGaayzkaaaaaa@4531@  avec { P s : Puissance du signal (W) P B : Puissance du bruit (W) r SB  : rapport signal bruit (dB) MathType@MTEF@5@5@+=feaafiart1ev1aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHXgarmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wyUbqee0evGueE0jxyaibaieYdf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0xXdbba9frFj0=OqFfea0dXdd9vqaq=JfrVkFHe9pgea0dXdar=Jb9hs0dXdbPYxe9vr0=vr0=vqpWqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaamaaceaaeaqabeaacaqGqbWaaSbaaSqaaiaabohaaeqaaOGaaiOoaiaabccacaqGqbGaaeyDaiaabMgacaqGZbGaae4CaiaabggacaqGUbGaae4yaiaabwgacaqGGaGaaeizaiaabwhacaqGGaGaae4CaiaabMgacaqGNbGaaeOBaiaabggacaqGSbGaaeiiaiaabIcacaqGxbGaaeykaaqaaiaabcfadaWgaaWcbaGaaeOqaaqabaGccaGG6aGaaeiiaiaabcfacaqG1bGaaeyAaiaabohacaqGZbGaaeyyaiaab6gacaqGJbGaaeyzaiaabccacaqGKbGaaeyDaiaabccacaqGIbGaaeOCaiaabwhacaqGPbGaaeiDaiaabccacaqGOaGaae4vaiaabMcaaeaacaqGYbWaaSbaaSqaaiaabofacaqGcbaabeaakiaabccacaqG6aGaaeiiaiaabkhacaqGHbGaaeiCaiaabchacaqGVbGaaeOCaiaabshacaqGGaGaae4CaiaabMgacaqGNbGaaeOBaiaabggacaqGSbGaaeiiaiaabkgacaqGYbGaaeyDaiaabMgacaqG0bGaaeiiaiaabIcacaqGKbGaaeOqaiaabMcaaaGaay5Eaaaaaa@80D7@

 

b. Atténuation

L'atténuation en décibel est définie par :

A=10log( P S ( reçu ) P S ( émis ) ) MathType@MTEF@5@5@+=feaafiart1ev1aaatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHXgarmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wyUbqee0evGueE0jxyaibaieYdf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0xXdbba9frFj0=OqFfea0dXdd9vqaq=JfrVkFHe9pgea0dXdar=Jb9hs0dXdbPYxe9vr0=vr0=vqpWqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaaiaadgeacqGH9aqpcqGHsislcaaIXaGaaGimaiGacYgacaGGVbGaai4zamaabmaabaWaaSaaaeaacaWGqbWaaSbaaSqaaiaadofaaeqaaOWaaeWaaeaacaWGYbGaamyzaiaadEoacaWG1baacaGLOaGaayzkaaaabaGaamiuamaaBaaaleaacaWGtbaabeaakmaabmaabaGaamy6aiaad2gacaWGPbGaam4CaaGaayjkaiaawMcaaaaaaiaawIcacaGLPaaaaaa@4FC7@

Remarque : On pose

A=α.d MathType@MTEF@5@5@+=feaafiart1ev1aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHXgarmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wyUbqee0evGueE0jxyaibaieYdf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0xXdbba9frFj0=OqFfea0dXdd9vqaq=JfrVkFHe9pgea0dXdar=Jb9hs0dXdbPYxe9vr0=vr0=vqpWqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaaiaadgeacqGH9aqpcqaHXoqycaGGUaGaamizaaaa@3CD2@  avec { A: Atténuation  du signal (dB) α: Coefficient d'atténuation linéaire (dB .m -1 ) d : Distance parcourue par le signal (m) MathType@MTEF@5@5@+=feaafiart1ev1aqatCvAUfeBSjuyZL2yd9gzLbvyNv2CaerbbjxAHXgarmWu51MyVXgaruWqVvNCPvMCG4uz3bqefqvATv2CG4uz3bIuV1wyUbqee0evGueE0jxyaibaieYdf9irVeeu0dXdh9vqqj=hEeeu0xXdbba9frFj0=OqFfea0dXdd9vqaq=JfrVkFHe9pgea0dXdar=Jb9hs0dXdbPYxe9vr0=vr0=vqpWqaaeaabaGaaiaacaqaaeaadaabauaaaOqaamaaceaaeaqabeaacaqGbbGaaiOoaiaabccacaqGbbGaaeiDaiaabshacaqGPdGaaeOBaiaabwhacaqGHbGaaeiDaiaabMgacaqGVbGaaeOBaiaabccacaqGGaGaaeizaiaabwhacaqGGaGaae4CaiaabMgacaqGNbGaaeOBaiaabggacaqGSbGaaeiiaiaabIcacaqGKbGaaeOqaiaabMcaaeaacqaHXoqycaGG6aGaaeiiaiaaboeacaqGVbGaaeyzaiaabAgacaqGMbGaaeyAaiaabogacaqGPbGaaeyzaiaab6gacaqG0bGaaeiiaiaabsgacaqGNaGaaeyyaiaabshacaqG0bGaaey6aiaab6gacaqG1bGaaeyyaiaabshacaqGPbGaae4Baiaab6gacaqGGaGaaeiBaiaabMgacaqGUbGaaey6aiaabggacaqGPbGaaeOCaiaabwgacaqGGaGaaeikaiaabsgacaqGcbGaaeOlaiaab2gadaahaaWcbeqaaiaab2cacaqGXaaaaOGaaeykaaqaaiaabsgacaqGGaGaaeOoaiaabccacaqGebGaaeyAaiaabohacaqG0bGaaeyyaiaab6gacaqGJbGaaeyzaiaabccacaqGWbGaaeyyaiaabkhacaqGJbGaae4BaiaabwhacaqGYbGaaeyDaiaabwgacaqGGaGaaeiCaiaabggacaqGYbGaaeiiaiaabYgacaqGLbGaaeiiaiaabohacaqGPbGaae4zaiaab6gacaqGHbGaaeiBaiaabccacaqGOaGaaeyBaiaabMcaaaGaay5Eaaaaaa@9E78@

 

c. Débit binaire

Les signaux numériques sont constitués d'une suite de bits, des nombres binaires.

Définition : Le débit binaire (ou bitrate) est la quantité d'information qui transite par unité de temps sur un canal de transmission. Il s'exprime en bits par seconde (bps).

Exemple : Les ports USB autorisent un débit binaire de 12Mbit.s-1 pour la technologie USB1 et 480Mbit.s-1 pour l'USB2.

Le débit binaire d'un canal de transmission est limité en particulier par la largeur de sa bande passante.