Classification ou tableau périodique des éléments

 

 

I. Classification historique de Mendéléïev

Mendéléïev (1834-1907) eut l'idée de classer les éléments, connus à son époque, en colonnes et en lignes par ordre de masses molaires atomiques croissantes, de telle manière que les éléments figurant dans une même colonne présentent des propriétés chimiques semblables.

La masse molaire atomique est une grandeur dont la définition sera donnée au chapitre suivant (quantité de matière et grandeurs annexes). D'une façon sommaire, il s'agit de la masse d'un nombre déterminé très grand d'atomes de l'élément considéré dans un échantillon naturel.

 

II. Classification moderne

1. Remarques générales

·Â Â Â Â Â Â  Cette classification comporte 7 lignes (ou périodes) et 18 colonnes.

·Â Â Â Â Â Â  Les éléments sont rangés dans chaque ligne par ordre croissant du numéro atomique Z.

·Â Â Â Â Â Â  On trouve cette classification complète dans tous les livres de chimie mais nous ne présentons ici que l'étude des 18 premiers éléments comme le stipule le programme de la classe de seconde.

 

2. Présentation d'une case du tableau

Cette présentation est classique mais elle offre à ce stade du cours trop d'informations. En ce qui concerne l'étude du tableau, les informations importantes sont: le symbole de l'élément et la formule électronique et plus particulièrement la dernière couche.

 

3. Présentation du tableau périodique (réduit aux 18 premiers éléments)

 

4. Caractéristiques de cette présentation

En examinant la présentation du tableau périodique proposée ci-dessus on peut s'apercevoir que:

  • Dans une même ligne (ou période), les atomes des éléments ont le même nombre de couches électroniques occupées. Première ligne: couche K, deuxième ligne: couche L, troisième ligne: couche M.
  • Le parcours d'une ligne correspond au remplissage d'une couche électronique, les couches inférieures étant saturées.
  • Dans une même colonne, les atomes des éléments ont le même nombre d'électrons dans la couche externe. Les atomes des éléments de la colonne (1) ont 1 électron sur la couche externe, ceux de la colonne (2) en ont 2 sur la couche externe etc...

 

III. Utilisation de la classification périodique

1. Familles chimiques

Les propriétés chimiques des atomes des différents éléments (transformation en ions monoatomiques ou capacité à établir une ou plusieurs liaisons covalentes) dépendent essentiellement du nombre d'électrons présents dans leur couche externe.

Or les atomes des éléments appartenant à une même colonne du tableau périodique possèdent justement le même nombre d'électrons dans leur couche externe.

On peut donc légitimement supposer et nous le vérifions dans la réalité que les atomes des éléments d'une même colonne ont des propriétés très semblables, même si elles ne sont pas rigoureusement identiques. On dit que les éléments d'une même colonne constituent une famille chimique.

Les éléments de la première colonne, notée (1), (à l'exception de l'hydrogène) constituent la famille des métaux alcalins.
Les éléments de la deuxième colonne, notée (2), constituent la famille des métaux alcalino-terreux.
Les éléments de la dix septième colonne, notée (7) dans la présentation réduite, constitue la famille des halogènes.
Les éléments de la dix huitième colonne, notée (8) dans la présentation réduite, constitue la famille des gaz rares (ou gaz inertes).

 

2. Prévision du nombre de liaisons covalentes que peut établir un atome.

Le nombre de liaisons covalentes que peut établir un atome dépend du nombre d'électrons que présente cet atome sur sa couche externe. Rappelons que:

·Â Â Â Â Â Â  Pour l'hydrogène dont seule la couche K est concernée, la règle du duet permet de prévoir que cet atome peut donner une liaison covalente.

·Â Â Â Â Â Â  Pour les atomes des autres éléments dont les couches externes sont L ou M et qui possèdent p électrons dans cette couche externe (ils appartiennent alors à la colonne p), la règle de l'octet permet de prévoir qu'ils peuvent établir 8-p liaisons covalentes.

Exemple: L'oxygène se situe dans la colonne p=6.
Un atome d'oxygène pourra établir un nombre n(liaisons) de liaisons covalentes tel que:

n(liaisons)=8-p

  =>  

n(liaisons)=8-6

  =>  

n(liaisons)=2

3. Prévision de la charge d'un ion monoatomique

La règle de l'octet permet de prévoir que les atomes des éléments de:

·Â Â Â Â Â Â  La colonne (1) possèdent un électron sur leur couche externe. Ils ont tendance à le perdre pour donner un ion portant une charge positive (cation). Exemples: Li+, Na+ etc....

·Â Â Â Â Â Â  La colonne (2) possèdent deux électrons sur leur couche externe. Ils ont tendance à les perdre pour donner un ion portant deux charges positives. Exemples: Be2+, Mg2+ etc....

·Â Â Â Â Â Â  La colonne 13, notée (3) dans la présentation réduite, possèdent trois électrons sur leur couche externe. Ils ont tendance à les perdre pour donner un ion portant trois charges positives. Exemples: B3+, Al3+ etc....

·Â Â Â Â Â Â  La colonne 17, notée (7) dans la présentation réduite, possèdent sept électrons sur leur couche externe. Ils ont tendance à gagner un électron pour donner un ion portant une charge négative (anion). Exemples: F-, Cl- etc....